Un fauteuil pour trois

usasupermardi.jpg

Le Super Mardi aura finalement débouché sur un nombre plus important de questions que de réponses. Revenons sur les faits, avant de mettre en évidence quelques questions.

Le Parti Démocrate semble littéralement coupé en deux. Hillary Clinton a remporté 7,3 millions de votes (50.2 %) et Barak Obama a obtenu le soutien de 7,2 millions de votants (soit 49.8 %). Obama l’a emporté dans les petits Etats où il a obtenu plus de victoires que sa concurrente (14 contre 8). Clinton l’emporte dans 4 des 5 Etats les plus peuplés. De facto, on s’attend à un combat au finish entre les deux candidats démocrates; l’hypothèse étant de plus en plus vraisemblable de voir les derniers Etats concernés par les primaires départager les deux sénateurs. Le ton risque d’encore un peu plus se durcir entre les deux prétendants à la candidature de la gauche américaine.

Dans le Parti Républicain, la tendance semble plus limpide. John McCain continue son étonnante démonstration de force. Il devance largement ses deux principaux rivaux, Mike Huckabee et Mitt Romney, au point qu’il fasse peu de doute sur sa prochaine désignation comme le candidat de son camp. Même si officiellement on n’est pas encore à ce stade.

Les questions restent nombreuses.

(1°) Qui l’emportera côté démocrate ? Bien malin celui qui arrivera à avancer le bon pronostique. Beaucoup de facteurs relevant de l’actualité nationale comme internationale influenceront les tactiques des candidats. Concomitamment, l’un comme l’autre ne sont pas à l’abri d’un faux pas pouvant coûté cher à celui qui l’effectuera.

(2°) Un ticket Clinton-Obama ou Obama-Clinton (son appellation variant selon la primauté accordée au vainqueur) serait-il envisageable ? Ce qui constituerait en quelque sorte une dream team électorale, d’ailleurs souhaitée par la base du Parti Démocrate. Cette combinaison me semble peu plausible dans le sens Obama-Clinton, le premier symbolisant la fraîcheur dans son parti et a fortiori dans le pays, il est assez improbable qu’il s’allie avec celle qu’il considère rhétoriquement comme son antithèse. Dans le sens contraire, la probabilité me semble assez faible, au regard des dernières petites phrases et des derniers coups bas assénés par les Clinton (mari et femme) à l’encontre d’Obama.

(3°) L’Amérique resterait-elle profondément républicaine ? McCain reste une énigme intéressante et probablement symptomatique de l’évolution politique américaine. Depuis 1980 (année d’élection de Ronald Reagan) et indépendamment des huit années « Clinton », l’Amérique est profondément restée républicaine. Alors qu’il y a encore quelques mois, McCain n’attirait pas plus que ça les projecteurs sur lui, il a réussi à capter l’attention et à cristalliser autour de sa personnalité de quasi franc-tireur républicain l’image d’un leader. Franchement je me demande jusqu’où il ira ! Dans les derniers sondages à configuration nationale gauche/droite, il l’emporterait autant sur Obama que sur Clinton. Nous sommes au premier jour du combat d’un fauteuil pour trois candidats.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :