Archive for novembre 2008

Seal sauve la mise ?

novembre 28, 2008

Pas de sujet sérieux en politique, ni en économie pour ce soir. Pourtant j’ai lu, j’ai entendu, j’ai discuté mais l’envie me manque. Puis avant d’écrire, sans vouloir faire mon Albin, j’ai écouté le dernier album de Seal et c’est, comment dirais-je, magique. Il reprend de bons vieux standards de soul et l’effet est satisfaisant. Vous pouvez écouter l’album en intégral ICI; dont le premier titre est le délicieux A Change Is Gonna Come (). Soit dit en passant, la reprise de If You Don’t Know Me By Now est réussie. Une belle idée cadeau pour Noël, non ? Promis, ce week-end je serai plus consistant dans mon propos.

___

P.-S. : Pour le P’tit jeu, il fallait reconnaître Colin Powell (ancien secrétaire d’État sous le premier mandat de G. W. Bush). Il faisait un rap (et oui) en compagnie du groupe nigérian Olu Maintain, sur la scène du Royal Albert Hall à Londres pour le Festival Africa rising. Funky le Général !

PS, l’épilogue

novembre 26, 2008

Avant de prononcer son discours, Martine Aubry était allée embrasser Ségolène Royal, assise, impassible, au premier rang du palais de la Mutualité. (Source : AFP & Reuters)

C’était déjà hier. C’était le soir suivant la décision du Conseil national du Parti socialiste de valider l’élection de Martine Aubry au poste de premier secrétaire (à 159 voix pour, 76 contre et 2 abstentions). Finalement 102 voix séparent la « gagnante » de la « perdante » ! Les guillemets sont de rigueur car on peut justement se demander qui est vraiment gagnante et qui est réellement perdante dans cette affaire. J’aurais tant aimé vous laisser cette embrassade paradoxale et insolite, mais vous vous contenterez de celle qu’adressait 4 jours avant ladite « perdante » à Claire Chazal.

P.-S. : D’ici à la fin de cette semaine, comme je l’avais promis il y a quelques jours, je reviendrais plus largement sur le PS français via une modeste analyse.

___

(Photo : Reuters)

P’tit jeu ?

novembre 25, 2008

qui-cest-qui

Pas le temps d’écrire ces derniers jours, oh que je n’aime pas ça. Alors, j’avoue tomber dans la facilité aujourd’hui. Profitez de cela parce que ça n’arrivera pas souvent. On va jouer. Oui je suis joueur, parfois. Qui est sur cette photo et pourquoi ? A vous de répondre ! Étonnant non !?  😉

___

(Photo : Getty Images)

Hillary Clinton secrétaire d’Etat

novembre 22, 2008

obama-clinton-secretary-of-state

Je vous l’annonçais en milieux de semaine (ici), ce sera officiel au plus tard après Thanksgiving (tout un symbole) tombant le 27 novembre.

___

(Source : The New York Times / Photo : Reuters)

PS, le mauvais scénario

novembre 22, 2008

C’est le scénario qu’on n’attendait pas. C’est celui que même le plus mauvais des scénaristes n’aurait jamais imaginé. Royal / Aubry, c’est fifty-fifty. Sur 67.413 voix, la première obtient 50,02 %, et la seconde en remporte 49,98 %. Plus parlant est le fait de dire que 42 voix font l’infime différence entre les deux candidates.

Le parti est coupé en deux.

Aubry réclame la victoire, Royal la conteste en envisageant d’user de tous les recours qui lui sont ouverts dans le parti. Il faut absolument trouver une solution de rassemblement et s’entendre sur le nom de quelqu’un qui puisse joindre les deux camps, car les socialistes ne peuvent pas se payer le luxe de déchirements internes pendant des jours, voire des semaines, ne fusse qu’au regard du contexte national et du de la situation international. Ma petite solution serait que les deux femmes se réunissent pour désigner « un troisième homme » faisaint la synthèse entre les deux motions, même s’il est marqué royaliste, un Vincent Peillon ferait l’affaire. On peut rêver. On peut aussi imaginer une Aubry secrétaire nationale flanquée de deux adjoints royalistes : Valls et Peillon.

Je limite mes hypothèses à ces deux-ci. Soit dit en passant, objectivement, c’est un demi échec pour Aubry qui n’a pas réussi à additionner tous les reports de voix des militants des motions d’Hamon et de Delanoë et de fait un demi gain pour Royal qui a bénéficié durant toute la campagne d’une dynamique relativement importante, sans que celle-ci soit décisive.

A suivre,…

L’insaisissable origine de la création par la science ?

novembre 21, 2008

Hier soir, dans les pages « Débats » du Monde daté d’aujourd’hui, je lisais un papier intéressant de Etienne Klein, physicien et philosophe des sciences, directeur du Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Papier où l’auteur se veut mesuré et modeste, ne faisant pas l’apologie de sa discipline et dont le propos peut être extrait comme suit :

Toutes prodigieuses qu’elles soient, ces descriptions (NDBdYv : de l’Univers) n’incluent jamais un « instant zéro », encore moins quoi que ce soit qui l’aurait précédé ou qui pourrait être sa cause. Décliner la succession des métamorphoses qui ont jalonné l’évolution cosmique n’équivaut donc pas à dévoiler l’intégralité de sa genèse. D’ailleurs, l' »âge de l’Univers » qu’évoquent les cosmologues ne court pas depuis sa création, mais seulement depuis la plus ancienne étape à laquelle leurs équations aient accès. Force est donc de constater que les sciences ne saisissent jamais que des origines relatives, c’est-à-dire des mécanismes d’émergence, des contextes de première apparition.

P.-S. : La photo n’a rien avoir avec le propos (Cotillard, nouvelle égérie d’une marque de produits de luxe dont je ne citerai pas le nom ici). Alors pourquoi la poster me diriez-vous ! 3 propositions : 1°) Pour que vous lisiez le propos jusqu’au bout, 2°) Parce qu’on va la voir partout, 3°) Parce que je ne voulais pas mettre la photo d’une galaxie.

Hillary Clinton en premier choix

novembre 19, 2008

Elle est le premier choix de Barack Obama. En effet, le vendredi 14 novembre à Chicago, on peut clairement avancer qu’Hillary Clinton se serait vu proposer le poste de secrétaire d’État. Depuis ce jour, les spéculations vont bon train. Il est évident que l’ancienne candidate à la Maison blanche donnerait son consentement à une telle nomination. L’accord aurait pu être vite réglé. Mais un problème de taille subsiste dans la nomination d’Hillary Clinton et il a pour seul prénom celui de son mari : Bill !

Conflit d’intérêts et transparence

Monsieur Clinton a créé une association : la William J. Clinton Foundation. Celle-ci est active dans différents domaines tels que : la lutte contre le sida, la lutte contre le changement climatique, le développement agricol dans certains états africains,… La William J Clinton Foundation reçoit des dons ayant pour source des personnes privées, des enteprises et des institutions publiques. Au moins ces deux dernières constituent l’obstacle. Selon le New York Times, l’année passée, cette fondation s’est vue octroyer des fonds provenant de la famille royale saoudienne, du roi du Maroc, d’une fondation liée aux Émirats Arabes Unis et des gouvernements du Koweït et du Qatar.

Le conflit d’intérêts est évident. Comment Madame Clinton pourrait exercer une mission diplomatique indépendante lorsque la fondation de son mari dépendrait de subsides de pays avec lesquels elle interagirait. De fait, la condition majeure pour que l’ancienne First Lady entre au gouvernement serait que les époux fassent montre de transparence financière et par extension que Bill Clinton dévoile l’identité de ses donateurs.

Sous la tutelle de Biden !?

Quel retournement de situation. Le poste le plus convoité des USA n’est pas loin d’être détenu par celle qu’on attendait le moins. Deux anciens ambassadeurs des État-Unis à l’ONU que sont Bill Richardson et Richard Holbrooke (un des principaux artisans des négociations de paix en Bosnie-Herzégovine) auraient largement mérité pareille promotion. Les noms de deux poids lourds du Parti démocrate étaient également avancés : John Kerry et Al Gore. Le premier cité est candidat, pour ce qui est du second cela me semble peu probable. Il est intéressant de constater que Barack Obama choisisse une personne qui s’est affichée plus pro-israélienne que lui. Obama ayant joué habilement sur les deux tableaux (à la fois pro-israélien et plus conciliant que d’autres à l’égard du monde arabe, pour plus de détails voir ici).

Cela étant, la ou le prochain secrétaire d’Etat devra composer avec Joe Biden, le nouveau Vice-Président (VP), « expert » en politique internationale et ancien président du Comité des affaires étrangères du Sénat. Il aura clairement (et plus que d’autres anciens VP) son mot à dire dans les orientations diplomatiques des État-Unis, ce en respectant la chaîne de commandement typiquement américaine : Président – VP – secrétaire d’État.

___

(Photo : John Moore/Getty Images)

Bill Richardson en second choix

novembre 18, 2008

A priori, ce ne sera pas lui le prochain secrétaire d’État. En tous cas, je crois qu’il est le second choix d’Obama. Des explications plus fournies dans la rubrique « Ce qui fait débat » dans la nuit de mercredi.

___

(Photo : Reuters)

Un premier secrétariat pour trois

novembre 17, 2008

Le mauvais show continue ! Finalement, l’égo aura primé sur l’esprit de synthèse et c’est franchement navrant. Il n’est pas glorieux ce congrès de Reims. On a trois candidats au poste de premier secrétaire : Aubry, Hamon et Royal. Le jeudi 20, ce sera aux militants du PS de trancher. Je ne sais pas pourquoi mais je sens Ségolène Royal l’emporter, même si (perso) des trois ma préférence irait à Martine Aubry. Mais on peut souligner qu’il y a deux chances sur trois qu’un grand parti soit dirigé par une femme, c’est rare et c’est le seul élément positif qu’on puisse retenir de cet épisode.

___

(Photos AFP/Getty Images/Reutes)

Le Making of (4)

novembre 17, 2008

generation-o

Michèle Cotta était invitée pour son dernier ouvrage (Cahiers secrets de la Ve République, Tome II) dans l’émission de Yves Calvi, Nonobstant, sur France Inter. Cette excellente journaliste politique disait sur son rapport à l’écriture :

C’est une sorte de névrose, il ne faut pas se leurrer, il ne faut pas se faire d’illusion, c’est une névrose. C’est à dire que quand on n’écrit pas, on est en faute par rapport à quelque chose. Donc quand je n’ai pas écrit effectivement pendant trois ou quatre jours, je m’en veux beaucoup.

Évidemment, je ne me comparerais pas à l’illustre Madame Cotta, pour autant vous aurez remarquez que ces temps-ci, depuis le dernier Making of (annonçant la rentrée officielle de Blog de Yv), le propos est plus régulier. Certains auront également remarqué un souci particulier apporté à la photographie et à sa légende (en fin de texte).

Obama mania

obama-cutIl est toujours là, il fascine toujours autant, il continue à faire la une des journaux. Il est ce qu’on pourrait appeler (en terme de presse) un bon client. Il dope les audiences des journaux et même celles de mon blog. Cela étant, via la spéciale USA, je ne crois pas avoir viré dans un excès ou dans un autre, tout en affichant bien entendu mes opinions.

Et Sarko, on n’en parle plus ?

Ça fait étrange de ne plus s’intéresser à lui depuis si longtemps. Cela étant, on en traite dans les discussions qu’on peut avoir entre nous et je reconnais que ces derniers temps, ici en Belgique, certains sont assez conciliant à son égard. Certes, il a très bien géré la crise financière et je n’ai point dit le contraire ici. Mais, je crois que n’importe quel président d’une grande puissance en exercice et qui aurait eu la présidence de l’UE en aurait fait autant. D’ailleurs, je trouve qu’on a plutôt minimisé côté français le rôle important qu’a joué le Premier ministre britannique Gordon Brown durant cette crise.

Plus largement, l’exercice du pouvoir sarkozien connaît toujours beaucoup de raisons d’insatisfaction. Pour cette semaine, on annonce quatre grèves majeures : dans l’enseignement, chez Air France, à la SNCF et à la Poste. Ce qui incite Bernard Thibaut à dire que « il y a une urgence à se pencher sur la situation sociale » ! S’ajoute à cela, notamment, l’échec annoncé de sa politique de rénovation des banlieues. Bref, la liste pourrait être  plus longue, mais je reviendrais plus largement sur cela dans un message prévu d’ici à la fin du mois.

Belgique & previews

C’est vrai que je traite toujours aussi peu de sujets belges, allez comprendre pourquoi. Il faudra bien que j’y revienne prochainement. A suivre sur Le Blog de Yv (3) :

– La crise au Congo (en deux parties).

– Le PS français.

– Une retour sur les USA (en rubrique « Ce qui fait débat ») et Mr Vice President (Joe Biden) d’ici à la fin du mois.

P.-S. : Ils ne font pas souvent l’actualité et pourtant leur combat est essentiel. Les personnes suivantes ont été lauréates du Prix des Défenseurs des Droits humains 2008 de Human Rights Watch :

Bo Kyi, co-fondateur d’Assistance Association of Political Prisoners, Birmanie (Association d’aide aux prisonniers politiques) ;

Mathilde Muhindo, qui lutte pour que le viol ne soit plus utilisé comme une arme de guerre en République démocratique du Congo ;

Abd al-Rahman al-Lahim, avocat des droits humains en Arabie Saoudite ;

Sunila Abeysekera, fondatrice du groupe sri lankais pour les droits humains INFORM ; et

Umida Niazova, journaliste ouzbèke qui a couvert les événements d’Andijan.

___

(Photo Generation O : Fred R. Conrad & Sally Ryan/The New York Times)

(Photo Obama : Trim Hair Salon in Venice, California/Flickr)

En attendant le congrès de Reims

novembre 14, 2008

Synthèse ou non ? Le débat pour le leadership du PS commence aujourd’hui. En effet le congrès de Reims va débuter ce vendredi. Sur le fond, Royal, Delanoë, Aubry sont réformistes et européens. Ils ont malgré quelques nuances pleines de sens une vision sociale-démocrate. Soit Ségolène Royal arrive à faire la synthèse autour de son nom, soit ce sera le tout sauf Ségolène qui sera de mise (Delanoë + Aubry + Hamon), soit la même configuration que la dernière citée avec Delanoë en ni oui ni non (Royal vs Aubry + Hamon / Delanoe neutre). Bref, c’est la pagaille mon général ! LBdY (3) revient sur le sujet après clarifications, dimanche soir ou lundi. Après ce sera aux militants de choisir, le 20 novembre.

___

(Photo : Reuters)

Prêcher le faux pour un message profond

novembre 13, 2008

Ce matin, en cliquant sur  ce lien qu’avait posté une amie, je pouvais lire dubitativement : « La guerre en Irak est finie », « Bush inculpé de haute trahison », « Adoption du plan national de couverture médicale » !!! Rien que ça ! L’opération ne s’arrête pas là. Leurs initiateurs ont également assuré la distribution à New York et à Los Angeles de plus d’un million d’exemplaires de l’édition piratée du New York Times annonçant en une la fin de la guerre en Irak.

C’est un phénomène médiatique intéressant et je ne doute pas que nous en verrons plus fréquemment dans les années à venir. Le but avoué par les auteurs d’un pareil exercice était de mettre en avant des thèses de leur mouvement mi-pacifiste, mi-altermondialiste, au premier rang desquelles on trouvait notamment : le désengagement des troupes américaines en Irak, l’adoption d’une loi interdisant l’usage de biocarburant, afin de soulager les agricultures qui en pâtissent. Les messages étaient également présents dans les publicités, comme en atteste la dépêche AFP :

Ainsi le diamantaire De Beers annonce que « l’achat d’un diamant (…) aidera à modeler et entretenir une prothèse pour un Africain dont la main a été arrachée dans un des violents conflits pour le contrôle du commerce des diamants ».

Je trouve cette manière de procéder originale, avec ses avantages, dans le cas où elle a pour but de faire passer des messages favorisant la réflexion. Elle comporte également ses inconvénients, en terme de confusion entre l’authentique et les « fakes » (faux articles), favorisant en partie le brouillage du message, du fait qu’on ne retienne qu’un élément : le canular plutôt que le fond.

Personnellement, j’en retiendrai le fond, celui de croire en et de vouloir un monde meilleur !

Parti Socialiste (1ère partie)

novembre 12, 2008

Ségolène Royal veut prendre la tête du parti

Mercredi, enfin Yves aborde le sujet délicat du congrès de Reims et plus globalement de l’avenir du PS français.

Hier ou avant-hier, je vous aurais annoncé que Vincent Peillon était bien parti pour être le premier secrétaire du parti. Aujourd’hui, la situation a changé. Ségolène Royal a réfléchi et elle va annoncer aujourd’hui ou demain son intention de briguer la direction du PS. Le choix des motions par les adhérents, c’était la partie idéologique, la partie certainement la plus intéressante. Le choix du premier secrétaire, c’est la partie tactique, plus centrée sur les personnes.

En optant pour sa propre candidature, Ségolène Royal enterre les ambitions des quadras, comme c’est de tradition dans un parti incapable de faire preuve d’audace en donnant les rênes à une nouvelle génération. Peillon, Montebourg, Valls, Caresche, Gorce (autrement dit les bébés Jospin) devront attendre d’être cinquantenaire pour passer au premier plan. Car prendre la tête du parti, c’est inévitablement prendre une option sur les élections présidentielles de 2012. L’une des explications de la victoire de Royal est justement celle d’avoir réussi à réunir cette « jeune » génération autour d’elle. Implicitement, le fait que sa motion soit passée en tête du vote des militants était une manière de lui dire : place aux « jeunes » ! Elle va à l’encontre de ce message et personnellement je trouve cela dommage.

Royal prend la décision la plus tactique de sa carrière : devenir première secrétaire pour maîtriser le parti et plus que jamais consolider son statut de candidate potentielle pour 2012. Elle va également à l’encontre de Gérard Collomb et Jean Noël Guerrini, ses principaux soutiens à la signature de sa motion E. Ces deux derniers sont les présidents des deux plus puissantes fédérations régionales du PS. Il y avait un deal entre eux qu’on peut exposer comme suit : tu cèdes le secrétariat national à autrui et on te soutient corps, âmes et fédérations pour 2012. La donne aurait changé.

Passera-t-elle ? Probablement. Sauf si tous ses adversaires se décidaient à se liguer contre elle durant le congrès. Bref, les négociations vont bon train. Comme vous avez pu le constater en titre, vous aurez droit très prochainement à d’autres épisodes concernant le PS, notamment un traitant des aspects idéologiques.

___

(Photo : Getty Images)

Le blog du mois

novembre 11, 2008

Mardi, Yves n’a pas encore eu le temps de vous parler des socialistes français. Pour cela, au mieux, il faudra attendre dans la nuit de mardi à mercredi.

Cela étant, j’ai reçu un mail fort agréable d’une bonne copine. Devinez quoi !? Elle a fait un blog, « sponsorisé » par Victoire (l’hebdo féminin du Soir). Son prénom est Sandrine. Elle a décidé de nous faire partager son tour du monde. L’Inde est la première escale de ce long voyage. Je n’en dis pas plus, si ce n’est qu’il est beau et qu’il donne envie !!! Cliquez ICI !

L’instantané du mois

novembre 10, 2008

Le lundi, Yves relâche la pression sur son blog. Alors qu’à Bruxelles il pleut et le temps est fortement venteux, aux States, Barack Obama était reçu par George W. Bush à la Maison blanche afin d’aviser le premier du fonctionnement interne de la présidence et des dossiers brûlants qui l’accueilleront à son entrée en fonctions le 20 janvier. L’image est belle.

P.-S. : Promis, dès ce mardi je traite d’un sujet de fond, pas improbable qu’il y ait au menu un certain PS français.

___

(Photo : Reuters)

Clooney, who else ?

novembre 7, 2008

EXCLUSIVITÉ LE BLOG DE YV : Voilà, je vous en avais parlé en pleine tempête financière, les membres de Nespresso ont choisi (pour ceux qui ont loupé le premier épisode, cliquez ICI). A priori, j’ai fait le bon choix. Entre deux nouveaux spots, un seul a été désigné. Ce projet publicitaire m’a bien fait rire il y a un mois de cela et c’est toujours le cas aujourd’hui.

Royal en tête avec sa motion

novembre 7, 2008

Breaking news : C’est l’information qui va faire du bruit chez les socialistes voire dans la gauche française. La motion de Ségolène Royal est arrivée en tête du vote des militants (à hauteur de 29%, quatre points devant celle de Delanoë et celle d’Aubry), ce dans l’optique à la fois de définir l’orientation idéologique du PS et (surtout) de la désignation de son nouveau premier secrétaire national. Ce succès constitue une surprise mais à moitié, car on entendait depuis quelques jours la possible désignation à la tête du parti (après tractations) de l’excellent Vincent Peillon (royaliste / il est à gauche de Royal sur la photo). Je reviendrai la semaine prochaine sur le sujet, avec une modeste analyse, à quelques jours du congrès de Reims.

___

(Photo : AP)

Fin de la spéciale USA

novembre 6, 2008

obama-ny-nyt-110408Elle y était à New York (du fait qu’elle y vit), à Times Square (plus précisément), ce le soir de l’élection de Barack Obama. Elle l’a supporté jusqu’au bout, sans excès mais avec une grande conviction. Je ne vous dirais pas qui elle est, hormis le fait que c’est une amie. Il n’y a pas meilleure manière de conclure la semaine spéciale USA sur Le Blog de Yv (3). Dire qu’il y a deux ans (le 9 novembre 2006), je parlais pour la première fois d’Obama sur Le Blog de Yv (version 2, à voir ICI) en ces termes :

Sans préjuger d’une victoire démocrate pour 2008, les résultats du mid-term sont de bon augure pour le parti ayant pour emblème un âne. Peut-on déjà rêver d’un ticket démocrate gagnant Hillary Clinton – Barak Obama ? En cas de victoire, Bill deviendrait-il the First Gentleman » ?

Cette belle séquence américaine a fait que je n’ai pas encore eu le temps de traiter d’autres sujets forts importants comme la crise au Congo (aujourd’hui à Nairobi se tiendra un sommet Kabila – Kagame), le congrès socialiste de Reims (aujourd’hui les militants votent pour la motion leur semblant la plus « progressiste ») et j’en passe. Je reviendrais sur ces sujets prochainement.

P.-S. : Il va falloir que je change de bannière pour mon blog. J’hésite entre en créer une nouvelle et conserver l’ancienne.

BARACK OBAMA, Mr PRESIDENT !

novembre 5, 2008

obama-results-nov-5

HISTORIQUE, MAGNIFIQUE, RÉVOLUTIONNAIRE ! Est ce que tous les superlatifs en français et en anglais réunis suffiront pour qualifier la victoire de Barack Obama ? J’en étais certain à la veille du scrutin et ils ont pu le faire. Ils l’ont élu. C’est une victoire large et rare dans l’histoire des élections présidentielles. Obama a transcendé son camp. Il a réussi à réunir une Amérique souvent bipartisane. D’un point de vue personnel, Barack Obama a remporté un plébiscite impressionnant auprès des grands électeurs et de facto auprès des électeurs. L’onde de choc est plus importante que la prévision des sondages. Pour le Parti démocrate, le succès est total à la Chambre et au Sénat. En bref, la victoire est absolue pour Obama. La page du bushisme est définitivement tournée. Je ne boude pas mon plaisir par rapport à ce résultat.

Cela étant, restons lucide. Obama est dans une situation peu aisée au regard du triple contexte national, économique et international.

National car ses promesses sont lourdes de sens (je le dis positivement). S’il s’en tient à ses propositions, il va devoir notamment apporter des réformes sociales, favorisant la création d’un système de santé plus juste, tendant vers l’universalité; baisser les impôts des ménages modestes ou encore augmenter le salaire minimum.

Economique car il va devoir résoudre les effets de la crise au niveau national et au niveau international en participant à la réforme du système capitaliste.

International car certes il sera multilatéraliste, plus à l’écoute des autres pays du monde, sans pour autant ne s’occuper que de cela, vue la tâche immense qui l’incombe dans son pays et il n’oubliera pas de faire passer les intérêts de son pays avant ceux des autres, comme cela a souvent été le cas dans l’histoire des présidences américaines. Ce bémol n’enlève rien au fait qu’il sera plus conciliant. Il sera intéressant de voir sa tentative de dialogue avec l’Iran. Mais si les iraniens étaient amener à le « snober », je doute fort que le multilatéralisme fasse long feu. Il sera aussi intéressant de voir son action par rapport à l’Afghanistan, une de ses priorités en matière de politique étrangère, qu’il considère comme le creuset du terrorisme. Par ailleurs, il fermera le camp de la honte : Guantanamo. Ecologiquement, il a prôné une lutte sans précédent contre le réchauffement climatique, je suis curieux de voir l’application de ses solutions.

Obama n’est pas le Messie, il aura beaucoup de travail, mais quel plaisir d’être le témoin d’une double rupture aux États-Unis d’Amérique : la rupture par rapport conservatisme et plus important encore la rupture par rapport aux vieux démons de l’Amérique, ceux du racisme, qui ont traversé son histoire de sa période la plus sombre de l’esclavagisme au jour d’aujourd’hui. Le symbole est doublement fort. On se sent tous un peu américain aujourd’hui.

Thank you for hope, Mister President, and please don’t deceive your country and the world.

Obama sera président

novembre 4, 2008

Ça y est, nous y sommes. Plus que quelques heures et nous saurons qui de Barack Obama ou de John McCain sera le nouveau président des États-Unis. Comme on a pu le constater ces derniers jours, sur le plan du suffrage universel, Obama est loin devant. Les projections sur l’obtention des voix des grands électeurs lui semblent aussi favorable. Enfin, il semblerait l’emporter dans les 3 États pivots (swing States) que constituent la Floride, l’Ohio et la Pennsylvanie.

Mister President

C’est rare, mais pour une fois je ne prendrais pas les précautions d’usage et j’assume la prise de risque. Je ne tournerais pas autour du pot plus longtemps. Obama sera le vainqueur de ces élections. il me semble difficilement pensable, malgré le facteur raciste, que Barack Obama passe à côté de la présidence.

Il semblerait qu’une majorité du peuple américain veuille mettre aux manettes de l’exécutif et du législatif les démocrates et ainsi tourner les pages de huit années de bushisme. Dans le cas contraire, l’Amérique serait confrontée pour la première fois à l’échelle nationale à un phénomène de racisme sans précédent, car comment expliquer autrement un écart (en cas de victoire de McCain) aussi grand entre l’intention de vote et la réalité de celui-ci.

Gentleman et synonyme d’espoir

Ce mardi, les américains peuvent faire le choix du premier président noir des États-Unis, disposant d’un inconstatable charisme et doué d’une grande intelligence. A priori, Barack Obama a déjoué tous les pièges durant cette campagne électorale.

Souvent, il a adopté une attitude posée dans chacun des sujets qu’il a abordé. Il n’a jamais fait l’usage des coups bas, contrairement à son adversaire et plus particulièrement à sa colistière. Le 18 mars, il a prononcé un discours que d’aucuns considèrent comme le meilleur qu’il ait exposé durant sa carrière, en mettant clairement en évidence une Amérique blanche et noire, multiraciale, pourfendant et bannissant le racisme.

Durant sa campagne, Barack Obama a prôné la vision d’une Amérique capable de surmonter la crise économique, prompte à réduire les inégalités, se définissant ainsi pour le retour d’un État fédéral fort guidé par le principe de la réforme sociale. Il donne l’espoir en une nouvelle Amérique, celle ouverte à un profond changement.

___

(Photo : David Burnett/Contact Press Images)