Le blog du mois

novembre 11, 2008

Mardi, Yves n’a pas encore eu le temps de vous parler des socialistes français. Pour cela, au mieux, il faudra attendre dans la nuit de mardi à mercredi.

Cela étant, j’ai reçu un mail fort agréable d’une bonne copine. Devinez quoi !? Elle a fait un blog, « sponsorisé » par Victoire (l’hebdo féminin du Soir). Son prénom est Sandrine. Elle a décidé de nous faire partager son tour du monde. L’Inde est la première escale de ce long voyage. Je n’en dis pas plus, si ce n’est qu’il est beau et qu’il donne envie !!! Cliquez ICI !

Publicités

L’instantané du mois

novembre 10, 2008

Le lundi, Yves relâche la pression sur son blog. Alors qu’à Bruxelles il pleut et le temps est fortement venteux, aux States, Barack Obama était reçu par George W. Bush à la Maison blanche afin d’aviser le premier du fonctionnement interne de la présidence et des dossiers brûlants qui l’accueilleront à son entrée en fonctions le 20 janvier. L’image est belle.

P.-S. : Promis, dès ce mardi je traite d’un sujet de fond, pas improbable qu’il y ait au menu un certain PS français.

___

(Photo : Reuters)

Clooney, who else ?

novembre 7, 2008

EXCLUSIVITÉ LE BLOG DE YV : Voilà, je vous en avais parlé en pleine tempête financière, les membres de Nespresso ont choisi (pour ceux qui ont loupé le premier épisode, cliquez ICI). A priori, j’ai fait le bon choix. Entre deux nouveaux spots, un seul a été désigné. Ce projet publicitaire m’a bien fait rire il y a un mois de cela et c’est toujours le cas aujourd’hui.

Royal en tête avec sa motion

novembre 7, 2008

Breaking news : C’est l’information qui va faire du bruit chez les socialistes voire dans la gauche française. La motion de Ségolène Royal est arrivée en tête du vote des militants (à hauteur de 29%, quatre points devant celle de Delanoë et celle d’Aubry), ce dans l’optique à la fois de définir l’orientation idéologique du PS et (surtout) de la désignation de son nouveau premier secrétaire national. Ce succès constitue une surprise mais à moitié, car on entendait depuis quelques jours la possible désignation à la tête du parti (après tractations) de l’excellent Vincent Peillon (royaliste / il est à gauche de Royal sur la photo). Je reviendrai la semaine prochaine sur le sujet, avec une modeste analyse, à quelques jours du congrès de Reims.

___

(Photo : AP)

Fin de la spéciale USA

novembre 6, 2008

obama-ny-nyt-110408Elle y était à New York (du fait qu’elle y vit), à Times Square (plus précisément), ce le soir de l’élection de Barack Obama. Elle l’a supporté jusqu’au bout, sans excès mais avec une grande conviction. Je ne vous dirais pas qui elle est, hormis le fait que c’est une amie. Il n’y a pas meilleure manière de conclure la semaine spéciale USA sur Le Blog de Yv (3). Dire qu’il y a deux ans (le 9 novembre 2006), je parlais pour la première fois d’Obama sur Le Blog de Yv (version 2, à voir ICI) en ces termes :

Sans préjuger d’une victoire démocrate pour 2008, les résultats du mid-term sont de bon augure pour le parti ayant pour emblème un âne. Peut-on déjà rêver d’un ticket démocrate gagnant Hillary Clinton – Barak Obama ? En cas de victoire, Bill deviendrait-il the First Gentleman » ?

Cette belle séquence américaine a fait que je n’ai pas encore eu le temps de traiter d’autres sujets forts importants comme la crise au Congo (aujourd’hui à Nairobi se tiendra un sommet Kabila – Kagame), le congrès socialiste de Reims (aujourd’hui les militants votent pour la motion leur semblant la plus « progressiste ») et j’en passe. Je reviendrais sur ces sujets prochainement.

P.-S. : Il va falloir que je change de bannière pour mon blog. J’hésite entre en créer une nouvelle et conserver l’ancienne.

BARACK OBAMA, Mr PRESIDENT !

novembre 5, 2008

obama-results-nov-5

HISTORIQUE, MAGNIFIQUE, RÉVOLUTIONNAIRE ! Est ce que tous les superlatifs en français et en anglais réunis suffiront pour qualifier la victoire de Barack Obama ? J’en étais certain à la veille du scrutin et ils ont pu le faire. Ils l’ont élu. C’est une victoire large et rare dans l’histoire des élections présidentielles. Obama a transcendé son camp. Il a réussi à réunir une Amérique souvent bipartisane. D’un point de vue personnel, Barack Obama a remporté un plébiscite impressionnant auprès des grands électeurs et de facto auprès des électeurs. L’onde de choc est plus importante que la prévision des sondages. Pour le Parti démocrate, le succès est total à la Chambre et au Sénat. En bref, la victoire est absolue pour Obama. La page du bushisme est définitivement tournée. Je ne boude pas mon plaisir par rapport à ce résultat.

Cela étant, restons lucide. Obama est dans une situation peu aisée au regard du triple contexte national, économique et international.

National car ses promesses sont lourdes de sens (je le dis positivement). S’il s’en tient à ses propositions, il va devoir notamment apporter des réformes sociales, favorisant la création d’un système de santé plus juste, tendant vers l’universalité; baisser les impôts des ménages modestes ou encore augmenter le salaire minimum.

Economique car il va devoir résoudre les effets de la crise au niveau national et au niveau international en participant à la réforme du système capitaliste.

International car certes il sera multilatéraliste, plus à l’écoute des autres pays du monde, sans pour autant ne s’occuper que de cela, vue la tâche immense qui l’incombe dans son pays et il n’oubliera pas de faire passer les intérêts de son pays avant ceux des autres, comme cela a souvent été le cas dans l’histoire des présidences américaines. Ce bémol n’enlève rien au fait qu’il sera plus conciliant. Il sera intéressant de voir sa tentative de dialogue avec l’Iran. Mais si les iraniens étaient amener à le « snober », je doute fort que le multilatéralisme fasse long feu. Il sera aussi intéressant de voir son action par rapport à l’Afghanistan, une de ses priorités en matière de politique étrangère, qu’il considère comme le creuset du terrorisme. Par ailleurs, il fermera le camp de la honte : Guantanamo. Ecologiquement, il a prôné une lutte sans précédent contre le réchauffement climatique, je suis curieux de voir l’application de ses solutions.

Obama n’est pas le Messie, il aura beaucoup de travail, mais quel plaisir d’être le témoin d’une double rupture aux États-Unis d’Amérique : la rupture par rapport conservatisme et plus important encore la rupture par rapport aux vieux démons de l’Amérique, ceux du racisme, qui ont traversé son histoire de sa période la plus sombre de l’esclavagisme au jour d’aujourd’hui. Le symbole est doublement fort. On se sent tous un peu américain aujourd’hui.

Thank you for hope, Mister President, and please don’t deceive your country and the world.

Obama sera président

novembre 4, 2008

Ça y est, nous y sommes. Plus que quelques heures et nous saurons qui de Barack Obama ou de John McCain sera le nouveau président des États-Unis. Comme on a pu le constater ces derniers jours, sur le plan du suffrage universel, Obama est loin devant. Les projections sur l’obtention des voix des grands électeurs lui semblent aussi favorable. Enfin, il semblerait l’emporter dans les 3 États pivots (swing States) que constituent la Floride, l’Ohio et la Pennsylvanie.

Mister President

C’est rare, mais pour une fois je ne prendrais pas les précautions d’usage et j’assume la prise de risque. Je ne tournerais pas autour du pot plus longtemps. Obama sera le vainqueur de ces élections. il me semble difficilement pensable, malgré le facteur raciste, que Barack Obama passe à côté de la présidence.

Il semblerait qu’une majorité du peuple américain veuille mettre aux manettes de l’exécutif et du législatif les démocrates et ainsi tourner les pages de huit années de bushisme. Dans le cas contraire, l’Amérique serait confrontée pour la première fois à l’échelle nationale à un phénomène de racisme sans précédent, car comment expliquer autrement un écart (en cas de victoire de McCain) aussi grand entre l’intention de vote et la réalité de celui-ci.

Gentleman et synonyme d’espoir

Ce mardi, les américains peuvent faire le choix du premier président noir des États-Unis, disposant d’un inconstatable charisme et doué d’une grande intelligence. A priori, Barack Obama a déjoué tous les pièges durant cette campagne électorale.

Souvent, il a adopté une attitude posée dans chacun des sujets qu’il a abordé. Il n’a jamais fait l’usage des coups bas, contrairement à son adversaire et plus particulièrement à sa colistière. Le 18 mars, il a prononcé un discours que d’aucuns considèrent comme le meilleur qu’il ait exposé durant sa carrière, en mettant clairement en évidence une Amérique blanche et noire, multiraciale, pourfendant et bannissant le racisme.

Durant sa campagne, Barack Obama a prôné la vision d’une Amérique capable de surmonter la crise économique, prompte à réduire les inégalités, se définissant ainsi pour le retour d’un État fédéral fort guidé par le principe de la réforme sociale. Il donne l’espoir en une nouvelle Amérique, celle ouverte à un profond changement.

___

(Photo : David Burnett/Contact Press Images)

Breaking News !!!

novembre 3, 2008

Dernière ligne droite et dernier sondage, il date du 2 novembre et il provient de l’institut Gallup. Obama est toujours loin devant avec un crédit 53% contre 40% pour McCain. Selon les sondeurs de Gallup, lorsque les électeurs indécis sont adjoints proportionnellement aux deux candidats afin d’affiner le sondage, l’évaluation passe à 55% pour Obama contre 44% pour McCain. Les jeux seraient-ils fait ? Le vote des grands électeurs sembleraient aussi favorable à Obama. Pour être élu, le candidat démocrate est censé obtenir les voix de 270 grands électeurs. Il en obtiendrait 291 selon la dernière projection du New York Times. Les jeux seraient-ils fait ?

P.-S. : Ma modeste analyse est prévue dans la nuit de lundi à mardi.

USA, la loi des séries

novembre 2, 2008

Ah les States et ses séries. Chacun a ses favoris et j’avoue ne jamais avoir eu le temps d’en traiter ici. La semaine passée, je matais l’une de celle qui fonctionne le mieux en Amérique, j’ai nommé : CSI (ou si vous préférez : Les Experts). Et pour une fois, le fait de regarder cette série a suscité chez moi un fou rire. Il y avait un crossover. Pour ceux qui n’en connaissent pas le principe, il s’agit d’une histoire impliquant plusieurs personnages possédant habituellement leur série propre. Qui étaient les « guests stars » des Experts ? Les excellents présentateurs de l’émission de vulgarisation scientifique Mythbusters !!! Ce petit moment d’anthologie est ICI.

P.-S. : Ce soir, avant de lire, je mate la série événement, disposant de 5 saisons et qu’on m’a annoncé comme potentiellement meilleure que ma série favorite (Battlestar Galactica). Je ne vous en dis pas plus, mais attendez-vous à du gros dossier prochainement sur Le Blog de Yv 😉

___

(Photo : Flickr)

On the road again

novembre 2, 2008

Dimanche c’est le jour du Seigneur aux États-Unis comme partout ailleurs; et sur Le Blog de Yv (3) c’était un peu un week-end de relâche. Cela étant, je ne peux m’empêcher de vous recommander chaudement le magnifique blog de Nathalie Mattheiem, une journaliste belge vivant aux States. Elle a notamment été pendant des années l’excellente correspondante permanente du Soir aux USA. Je me demande toujours pourquoi ils ne l’ont pas conservé dans leur rédaction,… Bref, je vois renvois vers son blog pour un éclairage différent sur les élections présidentielles et plus largement sur la culture américaine. Cliquez ICI et LA !

___

(Photo : David Burnett/Contact Press Images)

John McCain

octobre 31, 2008

C’est fou, mais il passionne moins que son adversaire. En tous cas cela est vrai en Europe. Pour autant, on a traité de lui dans les médias, sur mon blog, dans nos conversations : McCain, John McCain ! Certains veulent que son nom reste uniquement célèbre par rapport à celui d’une marque de frites. Pourtant il a tout pour plaire à droite. Il se démarque de Bush en jouant la carte indépendant et il s’adjoint Sarah Palin. Mais rien n’y fait. On a l’impression que Barack Obama lui faira une coupe qui le décoiffera à vie. Mais ne nous emballons pas ! Imaginez qu’il gagne. Que diraient les instituts de sondages et par dessus tout que dirions nous ? On aura l’air fin. J-4 !

___

(Photo : David Burnett/Contact Press Images)

Obama reste loin devant

octobre 30, 2008


Breaking News : Ce sont les dernières livraisons dont nous disposons et le moins que l’on puisse dire est que les indicateurs sont tous au vert pour un seul des deux candidats à la présidence. Selon le dernier Gallup, Barack Obama maintient toujours une avance de 9 points sur John McCain, 51% pour le premier contre 42% pour le second. Depuis la fin du mois de septembre, le candidat républicain n’a jamais réussi à rattraper son retard sur son adversaire. Pis, les Démocrates emporteraient la majorité dans les deux assemblées que constituent la Chambre et le Sénat. Enfin, lorsqu’on analyse la carte des États, Barack Obama remporterait les voix des 270 grands électeurs nécessaires pour être président des USA. Il semblerait que le besoin de changement soit total chez nos voisins de l’autre rive de l’Atlantique. Mais la seule vérité sera celle du vote de mardi. J’ai hâte d’y être, pas vous !?

P.-S. : Ma dernière et modeste analyse sur les élections est prévue pour dimanche ou lundi (dans la rubrique Ce qui fait débat, comme c’est de coutume pour pareil propos)

(Sources : Gallup, The New York Times)

Le Clip du mois

octobre 29, 2008

Il n’y a qu’aux States qu’on trouve cela !!! C’est bien fait, c’est funky, c’est du gros dossier et c’est le clip du mois. Un peu de hip-hop pro-Obama à J-6 des élections. Thank you MC Yogi.

P.-S. : Demain, on redevient plus « sérieux » en analysant (notamment) les derniers sondages.

Comme si on était aux USA

octobre 28, 2008

Obama ou McCain ? Actu oblige, à J-7 des élections aux Etats-Unis d’Amérique, Le Blog de Yv (troisième édition) fait une fixation sur l’événement n° 1 du mois de novembre. Chaque jour, je traiterai des States en version décalée ou en version « sérieuse ». Le compte à rebours est lancé.

P.-S. : Même la bannière du blog a été modifiée.

___

(Photo : Getty Images)

Ballon d’or 2008 ?

octobre 21, 2008

Qui pour prendre la place du grand Kakà au palmarès du Ballon d’Or 2008 ? La liste des 30 joueurs nommés est sortie hier. Allez, on ne va pas chercher de midi à quatorze heures. Personnellement, j’aurais voté Xavi mais il semblerait que Cristiano Ronaldo parte favori dans la course. Et pour vous :

Strauss-Khan côté face

octobre 20, 2008

Il fallait que cela arrive. En traiter ou ne pas en traiter sur ce blog ? Pertinent ou pas ? Qui est derrière la fuite de cette histoire ? A priori ce serait le mari trompé. Et voilà c’est lâché ! On arrête là les frais. Enfin presque. Tant qu’il n’y a pas l’ombre d’une preuve d’un abus de pouvoir de la part du Directeur Général du FMI, on ne peut rien reprocher à Dominique Strauss-Khan et s’exprimer sur une affaire relevant du cadre strictement privé équivaudrait bien entendu au jugement, ce que je me garderais de faire. Par contre, si la preuve d’un abus dans les affaires publiques était apportée, la condamnation morale irait de soit (entraînant probablement sa démission). Mais on semble loin de ce cas de figure, en tous cas pour l’instant. Dommage que cette histoire « éclate » maintenant alors que DSK s’était montré très bien inspiré dans la gestion de la crise actuelle. Dommage.

___

(Photo : Reuters)

Jumeaux ?

octobre 17, 2008

En prenant un lunch hebdommadaire avec un ami, ce dernier m’apprenait il y a quelques semaines de cela, qu’en Angleterre l’entraîneur actuel de Chelsea Felipe Scolari (ancien sélectionneur du Portugal et coach victorieux de la dernière Coupe du Monde avec le Brésil) était surnomé Gene Hackman. Et c’est saisissant de voir combien ils peuvent se ressembler. Ce à un tel point que quand je vois le gesticulant Scolari, je ne peux plus m’empêcher de penser à Hackman.

Depuis avant-hier, une autre idée me traverse l’esprit ! A chaque fois que je vois Paul Krugman (récent nobélisé en économie), je ne peux m’empêcher de me dire : Mais il ressemble à fond à George Clooney avec sa barbe de plus de 3 jours !!! Le gag le plus fou serait une nouvelle pub Nespresso avec les deux nouveaux frères jumeaux. Imaginez la scène ou plus exactement les dernières secondes du spot ! Le nobélisé et l’acteur vous regardant droit dans les yeux avec une tasse de café à la main et disant d’une voix chaude et en « synchro » : Nespresso !? What else ?

RECESSION

octobre 17, 2008

Le mot a été glissé sur ce blog dans deux ou trois messages depuis deux semaines, on n’y échappera pas en Belgique (prévue pour la fin de l’année), la France est déjà en plein dedans et elle guette une bonne partie du monde (surtout les pays occidentaux, par contre la Chine carburera à 9,3% de croissance pour 2009). La récession arrive ! On la sent venir dans certains commerces. Elle commence à s’intégrer dans toutes les discussions. Le FMI a en fait un rapport complet sans être volumineux, dont vous pouvez prendre connaissance ICI. Pour ceux qui passent leur tour, je vous laisse son résumé analytique :

L’économie mondiale s’engage dans une récession majeure face à la crise la plus grave sur les marchés financiers arrivés à maturité depuis les années 30. Un ralentissement sensible de la croissance mondiale est prévu en 2008 et un léger redressement n’apparaîtrait que plus tard en 2009. L’inflation est élevée, sous l’effet de la montée en flèche des cours des produits de base, mais elle devrait ralentir. La situation est exceptionnellement incertaine et risque sérieusement de se dégrader. Dans l’immédiat, il s’agit de stabiliser la situation financière, tout en gérant prudemment les économies pendant une période de ralentissement et en maîtrisant l’inflation.

___

(Cartographie : Le Monde daté du 17 octobre 2008)

Révolution financière européenne ?

octobre 16, 2008

Serait-ce une révolution dans le monde bancaire et financier ou juste un écran de fumée. Certains diront seul le temps nous le dira. Personnellement, je pencherais pour la première proposition. Hier soir, Nicolas Sarkozy et José Manuel Barroso tenaient une conférence de presse importante au siège de la Commission. Pour la première journée du sommet de l’UE se déroulant à Bruxelles, les 27 ont approuvé le plan d’aide au secteur financier annoncé dimanche.

Les conséquences les plus importantes de ce bouleversement sont :

1°) En proposant de réformer les règles comptables internationales actuelles (IFRS et IAS ) applicables aux banques européennes, l’UE rendraient ces dernières moins vulnérables en cas de crise, contrairement à ce qui est le cas actuellement.

2°) En renforçant la supervision et la réglementation du secteur financier européen. De quelle manière, ça on ne le sait pas encore. Mais cette crise semble avoir démontré la nécessité absolue d’y voir plus clair dans l’état des comptes de nos banques et d’agir si nécessaire afin d’éviter qu’elles prennent des risques inconsidérés, susceptibles de conduire à une (potentielle) crise. On peut penser et/ou espérer que la titrisation à outrance vit probablement ses derniers jours.

3°) En mettant fin à la pratique des parachutes dorées. Mais là encore des interrogations subsistent sur l’application de cette règle. Dont les principales peuvent être formulées comme suit : est-ce que cela vaudra uniquement jusqu’au retrait de l’État dans le capital des banques ? Le simple fait d’assurer la garantie de dépôts bancaires implique-t-il en contrepartie la fin des parachutes dorée pour les dirigeants de ces « institutions » ?

La plus grande ironie dans tout cela est qu’une grande majorité de chefs d’État et de gouvernement (de fait) orientée à droite applique un programme social-démocrate. C’est en quelque sorte l’Europe à l’envers et c’est a priori tant mieux.

Normes IFRS et IAS : Au coeur des critiques, les normes comptables dites IAS ou IFRS (International Financial Reporting Standards) (…) A chaque clôture de comptes trimestriels, les entreprises cotées doivent désormais reconnaître les pertes « potentielles » des titres qu’elles détiennent. A commencer par les banques, en vertu de la norme IAS 39 sur la comptabilisation des actifs et passifs financiers. (…) Lorsque les marchés dévissent, le mécanisme montre ses limites : il contraint les banques à traduire immédiatement dans leurs comptes la baisse des actifs qu’elles possèdent au lieu de leur laisser la possibilité d’étaler le choc dans le temps. Au risque d’exposer leurs bilans et leurs résultats à une très forte volatilité et, au final, d’aggraver la crise. (Extraits de l’article d’Alexandre Counis, « Bruxelles lance cette semaine la réforme des normes comptables », Les Echos daté du 13/10/08, p. 4)

___

(Photo : Reuters)

Paul Krugman

octobre 14, 2008

De tous les prix Nobel, c’est celui d’économie qui m’a le plus interpellé. Souvent attribué à un ou à plusieurs chercheurs américains, celui de 2008 revient au professeur d’économie à l’université de Princeton, ouvertement à gauche et par ailleurs éditorialiste au New York Times : Paul Krugman. Il m’est parfois arrivé de lire une de ses chroniques dans le journal cité. Il est souvent incisif et pertinent dans son propos. A la fin du mois d’août, je lisais les bonnes feuilles de son dernier opus « L’Amérique que nous voulons », parues dans Le Monde daté du 26 août 2008. Trois propos avaient retenu mon attention :

L’argent est la colle forte du conservatisme de mouvement, essentiellement financé par une poignée de super-riches et un certain nombre de grandes entreprises qui ont quelque chose à gagner à la montée de l’inégalité, à la suppression de la fiscalité progressive, à l’abrogation de l’Etat-providence – bref, à un New Deal à l’envers. Revenir à la période antérieure aux politiques économiques qui limitent l’inégalité est, au fond, la raison d’être du conservatisme de mouvement.

(…)

Un message crucial de ce livre risque de mettre mal à l’aise de nombreux lecteurs : la grande raison de ce qui est arrivé au pays où j’ai grandi, c’est le racisme. C’est à cause de l’héritage de l’esclavage, le péché originel de l’Amérique, que nous sommes la seule économie avancée qui ne garantit pas les soins médicaux à ses citoyens. C’est à cause de l’hostilité des Blancs au mouvement des droits civiques que les Etats-Unis sont le seul pays avancé où un grand parti politique veut abroger l’Etat-providence.

(…)

Le conservatisme de mouvement a encore l’argent de son côté, mais cela n’a jamais suffi. Si tout reste possible dans l’élection présidentielle de 2008, on peut raisonnablement imaginer qu’en 2009 les Etats-Unis auront un président démocrate et une majorité démocrate solide au Congrès. De plus, si cette nouvelle majorité existe, elle sera beaucoup plus cohérente idéologiquement que la majorité démocrate des deux premières années de Bill Clinton, qui était une alliance difficile entre des libéraux du Nord et des conservateurs du Sud.

D’où la question : cette nouvelle majorité, que doit-elle faire? Ma réponse : elle doit, pour le bien du pays, suivre une politique résolument progressiste. Expansion de la sécurité sociale et réduction de l’inégalité. Un nouveau New Deal. Le coup d’envoi de ce programme, l’équivalent de la Caisse des retraites publiques au XXIe siècle, doit être l’assurance-maladie universelle – que tous les autres pays avancés ont déjà.

Dans son dernier propos, j’abondais pleinement dans son sens, au travers de mon message du 8 septembre où je mettais en évidence un possible « Obama, l’homme du New Deal ? » Vivement que son dernier ouvrage soit dans ma bibliothèque.

___

(Photo : AP)