Archive for the ‘Intermédiare’ Category

CRISTIANO RONALDO, Ballon d’Or de MU à l’Inter via Nike ?

décembre 5, 2008

C’est l’information qui va faire jaser dans le milieu du foot tellement elle est fameuse. On annonce Cristiano Ronaldo passer à l’Inter pour la saison 2009-2010. En effet, la guerre des sponsors (Adidas vs Nike) ferait rage et dans l’optique du transfert du meilleur joueur du monde, l’équipementier américain verait d’un bon œil celui du portugais à l’Inter (qu’il sponsorise, tout comme Manchester United), privant ainsi le Real Madrid (sponsorisé par Adidas) du numéro 7 du moment. Encore une affaire de gros sous en vue. On revivrait le remake du transfert de Zidane de la Juvenus au Real avec la bénédiction (ou la pression) d’Adidas. Affaire à suivre. Imaginez un instant : l’un des attaquants les plus polyvalents et performants au monde à côté de Zlatan Ibrahimovic.

Par ailleurs, cela ne vous a pas échappé, Cristiano Ronaldo est Ballon d’Or 2008. Je vais un peu casser le concert de louange lui étant adressé en mettant en évidence trois ou quatre éléments allant en sa défaveur :

Manque d’humilité : Il n’a pas eu peur de réclamer corps et âme le trophée en s’autoproclamant le meilleur dans son domaine de compétence.

Trop star people : Il se la joue beaucoup (hors du stade), mais il paraît que c’est bon pour les ventes (des produits dérivés du club et des sponsors qu’il représente).

Lionel Messi : Le jour où ce p’tit bonhomme fera une saison complète (comprenez sans blessures), il sera le prochain Ballon d’Or. Ce n’est pas pour rien que le Barça lui a flanqué le n° 10 cette saison (résponsabilités accrues dans le jeu et business font encore bon ménage).

Son Euro 2008 : Personnellement, je l’ai trouvé mauvais. Il n’a pas pesé de façon déterminante dans le jeu du Portugal.

Cela étant, je ne suis pas un anti Ronaldo. Preuve en est, je vous aurais bien recommandé le numéro France Foot de mardi, mais il n’y en a plus beaucoup en librairie. Une mine d’or d’infos, dont je vous laisse malgré tout un léger aperçu :

Les connues : Son prénom est un hommage à Ronald Reagan. Arsène Wenger (Arsenal) était prêt à l’acheter en 2003, mais Manchester a fait jouer son partenariat avec le Sporting Portugal.

Pour les dames :

Aujourd’hui, de nouveau célibataire, il aurait décidé de laisser sa mère choisir sa prochaine fiancée.

Celle qui m’a fait mourir de rire :

Depuis le départ de Gabriel Heinze au Real Madrid, Patrice Evra est sans doute le plus proche coéquipier de Cristiano Ronaldo dans le vestiaire mancunien. Les deux hommes ne cesse de se chercher. Récemment, Patrice Evra racontait : « J’ai ving-quatre frères et soeurs, au total, et ça fait beaucoup rire Cristiano. Lorsque je suis au téléphone, il me demande « C’est le numéro 3 ? Le numéro 8 ? » « 

Publicités

Maladresses diplomatiques

décembre 2, 2008

LEBANON/

Je ne vous parle pas de « l’émission portrait » d’Alain Souchon que j’ai loupé ce lundi soir et je ne vous parle plus d’Hillary Clinton qui a été nommée secrétaire d’Etat. Non, aujourd’hui je traiterais volontiers d’une histoire belge ou plus exactement belgo-américaine qui a secoué notre petit monde la semaine passée.

Plus précisément, le principal protagoniste est notre ministre de la Défense en Belgique. Le sujet : ses frasques à l’étranger et leurs dommages collatéraux. Pour résumer, du 17 au 24 novembre, Pieter De Crem était en voyage à New York. Durant celui-ci, il participe à une soirée bien arrosée dans un bar de la ville. Il s’en suit la publication par une blogueuse belge travaillant dans ce bar d’un message rendant l’histoire publique. En conséquence de cette mauvaise publicité, notre blogueuse Nathalie Lubbe Bakker se fait licencier. Pis, quelques jours après, De Crem enfonce le clou en considérant les blogs comme un phénomène dangereux. Pour couronner le tout, on apprend que l’essentiel de ses rendez-vous (initialement prévus à New York) avait été annulé quelques jours avant son départ, ce pour cause de déplacement de ses réunions à Genève. Tollé chez les politiques belges qui critiquent De Crem. Mais le mal est fait !

Résultat des courses : on a un licenciement, la démonstration d’une dérive proche de l’abus de pouvoir (pourquoi partir à New York quand on est attendu à Genève) et mon tout crée un « buzz » international dû au fait d’un seul homme. Qui dit mieux ?

P.-S. : Si les blogueurs étaient dangereux, les photographes le seraient-ils également. En photo De Crem ne serait-il pas pris en flagrant alcoolisme !? Je ne serais pas d’aussi mauvaise foi et aussi mauvais joueur que Pieter de Crem. Il était juste en pleine dégustation d’une bonne bière belge, lors de sa visite aux soldats (belges) de la paix des Nations Unies, fin août 2008 à Beyrouth.

(Photo : Mohamed Azakir/Reuters)

L’insaisissable origine de la création par la science ?

novembre 21, 2008

Hier soir, dans les pages « Débats » du Monde daté d’aujourd’hui, je lisais un papier intéressant de Etienne Klein, physicien et philosophe des sciences, directeur du Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Papier où l’auteur se veut mesuré et modeste, ne faisant pas l’apologie de sa discipline et dont le propos peut être extrait comme suit :

Toutes prodigieuses qu’elles soient, ces descriptions (NDBdYv : de l’Univers) n’incluent jamais un « instant zéro », encore moins quoi que ce soit qui l’aurait précédé ou qui pourrait être sa cause. Décliner la succession des métamorphoses qui ont jalonné l’évolution cosmique n’équivaut donc pas à dévoiler l’intégralité de sa genèse. D’ailleurs, l' »âge de l’Univers » qu’évoquent les cosmologues ne court pas depuis sa création, mais seulement depuis la plus ancienne étape à laquelle leurs équations aient accès. Force est donc de constater que les sciences ne saisissent jamais que des origines relatives, c’est-à-dire des mécanismes d’émergence, des contextes de première apparition.

P.-S. : La photo n’a rien avoir avec le propos (Cotillard, nouvelle égérie d’une marque de produits de luxe dont je ne citerai pas le nom ici). Alors pourquoi la poster me diriez-vous ! 3 propositions : 1°) Pour que vous lisiez le propos jusqu’au bout, 2°) Parce qu’on va la voir partout, 3°) Parce que je ne voulais pas mettre la photo d’une galaxie.

En attendant le congrès de Reims

novembre 14, 2008

Synthèse ou non ? Le débat pour le leadership du PS commence aujourd’hui. En effet le congrès de Reims va débuter ce vendredi. Sur le fond, Royal, Delanoë, Aubry sont réformistes et européens. Ils ont malgré quelques nuances pleines de sens une vision sociale-démocrate. Soit Ségolène Royal arrive à faire la synthèse autour de son nom, soit ce sera le tout sauf Ségolène qui sera de mise (Delanoë + Aubry + Hamon), soit la même configuration que la dernière citée avec Delanoë en ni oui ni non (Royal vs Aubry + Hamon / Delanoe neutre). Bref, c’est la pagaille mon général ! LBdY (3) revient sur le sujet après clarifications, dimanche soir ou lundi. Après ce sera aux militants de choisir, le 20 novembre.

___

(Photo : Reuters)

Prêcher le faux pour un message profond

novembre 13, 2008

Ce matin, en cliquant sur  ce lien qu’avait posté une amie, je pouvais lire dubitativement : « La guerre en Irak est finie », « Bush inculpé de haute trahison », « Adoption du plan national de couverture médicale » !!! Rien que ça ! L’opération ne s’arrête pas là. Leurs initiateurs ont également assuré la distribution à New York et à Los Angeles de plus d’un million d’exemplaires de l’édition piratée du New York Times annonçant en une la fin de la guerre en Irak.

C’est un phénomène médiatique intéressant et je ne doute pas que nous en verrons plus fréquemment dans les années à venir. Le but avoué par les auteurs d’un pareil exercice était de mettre en avant des thèses de leur mouvement mi-pacifiste, mi-altermondialiste, au premier rang desquelles on trouvait notamment : le désengagement des troupes américaines en Irak, l’adoption d’une loi interdisant l’usage de biocarburant, afin de soulager les agricultures qui en pâtissent. Les messages étaient également présents dans les publicités, comme en atteste la dépêche AFP :

Ainsi le diamantaire De Beers annonce que « l’achat d’un diamant (…) aidera à modeler et entretenir une prothèse pour un Africain dont la main a été arrachée dans un des violents conflits pour le contrôle du commerce des diamants ».

Je trouve cette manière de procéder originale, avec ses avantages, dans le cas où elle a pour but de faire passer des messages favorisant la réflexion. Elle comporte également ses inconvénients, en terme de confusion entre l’authentique et les « fakes » (faux articles), favorisant en partie le brouillage du message, du fait qu’on ne retienne qu’un élément : le canular plutôt que le fond.

Personnellement, j’en retiendrai le fond, celui de croire en et de vouloir un monde meilleur !

Royal en tête avec sa motion

novembre 7, 2008

Breaking news : C’est l’information qui va faire du bruit chez les socialistes voire dans la gauche française. La motion de Ségolène Royal est arrivée en tête du vote des militants (à hauteur de 29%, quatre points devant celle de Delanoë et celle d’Aubry), ce dans l’optique à la fois de définir l’orientation idéologique du PS et (surtout) de la désignation de son nouveau premier secrétaire national. Ce succès constitue une surprise mais à moitié, car on entendait depuis quelques jours la possible désignation à la tête du parti (après tractations) de l’excellent Vincent Peillon (royaliste / il est à gauche de Royal sur la photo). Je reviendrai la semaine prochaine sur le sujet, avec une modeste analyse, à quelques jours du congrès de Reims.

___

(Photo : AP)

Obama reste loin devant

octobre 30, 2008


Breaking News : Ce sont les dernières livraisons dont nous disposons et le moins que l’on puisse dire est que les indicateurs sont tous au vert pour un seul des deux candidats à la présidence. Selon le dernier Gallup, Barack Obama maintient toujours une avance de 9 points sur John McCain, 51% pour le premier contre 42% pour le second. Depuis la fin du mois de septembre, le candidat républicain n’a jamais réussi à rattraper son retard sur son adversaire. Pis, les Démocrates emporteraient la majorité dans les deux assemblées que constituent la Chambre et le Sénat. Enfin, lorsqu’on analyse la carte des États, Barack Obama remporterait les voix des 270 grands électeurs nécessaires pour être président des USA. Il semblerait que le besoin de changement soit total chez nos voisins de l’autre rive de l’Atlantique. Mais la seule vérité sera celle du vote de mardi. J’ai hâte d’y être, pas vous !?

P.-S. : Ma dernière et modeste analyse sur les élections est prévue pour dimanche ou lundi (dans la rubrique Ce qui fait débat, comme c’est de coutume pour pareil propos)

(Sources : Gallup, The New York Times)

Obama renforce son avance

octobre 10, 2008

La livraison des derniers sondages du très sérieux institut Gallup est arrivée. Quels enseignements peut-on en retenir ? Primo, lors du deuxième débat (sur les sujets économiques) opposant Barack Obama à John McCain, le candidat démocrate a été jugé le plus convainquant ! Secundo, de fait il maintient son avance qu’il avait creusé quelques jours avant ce débat. Actuellement, Obama est crédité de 52% d’intentions de vote contre 41% pour McCain. Espérons qu’il maintienne cette avance d’ici au 4 novembre, histoire d’éviter un biais difficilement tenu en compte (ou en tout cas difficilement mesurable) par les sondeurs et que j’énoncerais platement ainsi : dire au sondeur je voterai Obama et une fois devant les urnes préférer voter pour un blanc plutôt que pour un noir.

Première Manche pour Obama

septembre 29, 2008

Breaking news : Les jeux ne sont pas encore fait, pour autant selon le dernier sondage Gallup succédant le premier débat télévisé entre les deux candidats à la Maison Blanche, Barack Obama creuse l’écart de 8 points sur son adversaire John McCain, 50% d’opinions favorables pour le premier contre 42% pour le second. La première manche lui est victorieuse en attendant la deuxième qui se tiendra le mardi 7 octobre à 20h00 (soit pour nous le mercredi 8 octobre très tôt le matin) . Je retiens en terme de rhétorique pour Barack Obama trois propos qui ont fait mal à McCain :

– Nous avons beaucoup entendu parler de Wall Street, mais « Main Street » (l’homme de la rue) a aussi beaucoup souffert de cette crise et cela pourrait avoir un énorme impact sur tous les secteurs de notre économie. L’homme de la rue se demande quel impact cela aura sur sa vie, sa retraire, son logement, sur son emploi et ses possibilités financières pour financer les études universitaires de ses enfants.

– Nous devons également reconnaître qu’il s’agit là du verdict de huit années de politique économique désastreuse menée par George Bush et soutenue par le sénateur McCain.

– Au moment où la guerre a commencé, vous aviez dit qu’elle serait facile et rapide ; vous aviez dit qu’on savait où se trouvaient les armes de destruction massive. Vous aviez tort. Vous aviez dit qu’on serait accueillis en libérateurs. Vous aviez tort. Vous aviez dit qu’il n’y avait jamais eu de violences entre les chiites et les sunnites. Et vous aviez tort.

Carton rouge à Abbiati

septembre 29, 2008

Oui chères lectrices et certainement pour certain des lecteurs non averti en matière de foot, vous vous demandez qui est ce Abbiati prenant un carton rouge de ma part ! Son CV passé rapidement en revue indique un long passage au Milan AC (où il officie encore) et à la Juventus de Turin. Vous me diriez, jusque-là, rien à reprocher. Certes. Puis l’incident fâcheux survient ce week-end. Le portier milanais a déclaré partager certaines valeurs du fascisme. Si j’étais le président de son club, un certain Silvio Berlusconi, je l’aurais viré sur le champ. Malheureusement, il semble que pareil propos ne suscite pas la même réprobation au sein du management du club !

Obama, les swing States et l’économie

septembre 24, 2008

Breaking news : Ca balance dans la courbe des sondages et sur la carte électorale des États-Unis en faveur de Barack Obama. Évidemment, je ne le dirais jamais assez, une photo instantanée prise à un instant T est commentée sur ce blog, en l’occurrence celle de ces deniers jours. Que nous dit-elle ?

1°) Le dernier sondage Gallup nous donne un léger avantage à Obama, cela à hauteur de 47% contre 44% pour John McCain.

2°) Dans les swing states, ces États où rien n’est fait et où une bonne partie des élections se jouent, ça balance encore plus. Selon la dernière carte du New York Times, sur un besoin de l’obtention du vote de 270 grands électeurs, Obama est légèrement en tête. Selon ces projections, il obtiendrait le soutient de 238 grands électeurs contre 227 pour son adversaire; ce sans qu’il ne puisse être pronostiqué comme vainqueur par ce type de sondage, la variable incertaine des swing states jouant pleinement son rôle.

3°) L’économie est peut-être le tournant qui sera favorable à Barack Obama. La crise financière s’étant accentuée ces derniers jours, celle-ci lui donne raison dans la manière d’appréhender les dossiers économiques et sociaux (au travers d’un État plus présent), McCain semblant en décrochage dans ses réponses apportées (confiance aux marchés et moins d’État).

Le foot business désenchanté

septembre 4, 2008

Cette année sur la planète football, peu de grands mouvements ont marqué le marché des transferts. On peut analyser la situation sous le prisme de l’endettement plus importants des clubs et celui de l’inflation folle dans les « prix » et les salaires des joueurs.

On pouvait penser que le foot européen avait atteint un seuil et que cela en était fini de la démesure. Mais depuis quelques jours, un fait agite tout ce petit monde. Nom de code : Manchester City. Après l’épisode Abramovitch (Chelsea), on assiste à l’épisode Sulaiman Al-Fahim. Le point commun entre les deux hommes est qu’ils sont tous deux milliardaires. Cela étant deux différences peuvent être soulignées. La première : le Russe Roman Abramovitch est selon Forbes la onzième personne la plus riche du monde avec 18,2 milliards de dollars à son actif. La seconde est de taille : Sulaiman Al-Fahim est le représentant de l’Abu Dhabi United Group.

Sans le savoir chers lecteurs, vous venez d’assister à un changement dans le rapport de force entre les deux hommes. L’Abu Dhabi United Group est un fond souverain, autrement dit un fond d’investissement public (entendez appartenant à des États d’Asie ou du Golfe, plus précisément dans le cas qui nous concerne appartenant à la ville d’Abou Dabi). La puissance financière de l’Abu Dhabi United Group est estimée dans une fourchette allant de 735 milliards d’euros à 980 milliards d’euros. Les sirènes de l’argent l’emporteront-elles sur les plus grands joueurs de la planète ? Robinho a déjà signé. Sulaiman Al-Fahim est prêt à mettre sur la table 165 millions pour s’offrir les services Cristiano Ronaldo. Et il ne s’arrête pas là, il parle d’Henry, Villa, Fabregas. En bref, il veut les meilleurs.

On a peut-etre franchi un nouveau palier dans le foot business dont on ne mesure pas complètement les nouvelles frontières, j’en déchante.

Preview : Russie / Géorgie

septembre 4, 2008

La semaine prochaine, je vous ferai part de ma réflexion sur la Russie et de ses relations avec ses voisins. En attendant et histoire de me faciliter le propos, en guise d’introduction je vous laisse cette vidéo.

Et si c’était Martine ?

septembre 1, 2008

Et pourquoi pas finalement. Si le prochain premier secrétaire du Parti socialiste qui sera désigné au congrès de Reims en novembre devait être une femme, idéalement Martine Aubry !? J’avoue que personnellement elle a ma préférence et évoquer cette hypothèse n’est pas une chimère, même si Martine Aubry ne s’est pas encore offciellement déclarée candidate. Certes, les derniers sondages la classe troisième, respectivement derrière Bertrand Delanoe et Ségolène Royale.

L’université d’été de La Rochelle de ce dernier week end n’a pas décisivement permis de faire bouger les lignes en faveur du maire de Lille. Cela étant, un mouvement stratégique intéressant s’y est opéré. Outre le soutien déjà acquis de la puissante fédération du Nord, Martine Aubry a « engrangé » ceux de nombreux fabusiens, de quelques strauss-khaniens dont le plus important est celui Jean-Christophe Cambadelis (et la nuance est importante car elle avait besoin de tous ceux-ci) ainsi que celui d’Arnaud Montebourg.

Sur le fond, elle est autant jospinienne que Delanoe. Leurs visions politiques se rejoignent (globalement). Sur la forme, elle semble la jouer plus collective que son pair. Matthieu Croissandeau du NouvelObs la définit comme une « Femme de conviction, ouvertement réformiste mais ancrée à gauche, élue locale à l’envergure nationale, assez forte pour s’imposer mais pas assez pour inquiéter. Sur le papier, elle a le profil idéal. » Les prochaines semaines seront crutiales en terme de négociations internes et de rebondissements dans l’optique du congrès qui désignera celle ou celui incarnant assurément un nouveau leadership au sein du parti. Aubry pour peser plus lourd dans la bataille attend plus que probablement le désistement de Moscovici entrainant de facto un raliement à sa cause des deux principaux soutiens de ce dernier à savoir le maire de Lyon Gérard Collomb et le président du conseil général des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini. Vivement Novembre.

Quoi de neuf au Parti Démocrate ?

avril 17, 2008

Quoi de neuf au Parti démocrate américain depuis mon dernier message du 21 mars ? Barack Obama domine au niveau national. La courbe des sondages s’est inversée en sa faveur (entre le 20 et le 21 mars), ce quelques jours à peine après qu’il ait prononcé son discours sur une Amérique multiraciale (le 18 mars) !

Ces derniers jours, l’écart n’a cessé de se creuser et on enregistrait hier (le 16 avril) un rapport Obama/Clinton de 50 % contre 42 %. La semaine prochaine, l’un des derniers grands Etats, la Pennsylvanie comportant 188 délégués, sera le théâtre des prochaines primaires. Les derniers sondages continuent à y donner Madame Clinton gagnante de quelques points.

Obama mène toujours dans la course aux délégués, celui-ci bénéficiant de l’appui de 1632 délégués, contre 1489 pour Hillary Clinton. Pour rappel, le meilleur des candidats démocrates doit obtenir 2025 des 4049 délégués, et parmis ceux-ci 794 doivent être des supers délégués. La prévision d’une course au finish reste d’actualité. On devrait attendre au plus tôt et officieusement le 3 juin (jour des dernières primaires du Montana et du Dakota du Sud) afin de connaître le leader démocrate.

Ainsi soit-il. Même si quelques-un au sein du Parti rêveraient d’un arbitrage interne. Il se chuchote que certains verraient d’un bon oeil un groupe de sages composé d’Al Gore, de Jimmy Carter, de Nancy Pelosi, de Howard Dean et de John Edwards trancher une bonne fois pour toute ce duel fratricide vu comme le début d’un suicide collectif avant la campagne présidentielle. Le scénario de l’arbitrage des expérimentés me semble peu probable. Le système de démocratie interne propre aux partis américains me semblant trop bien huilé, le respect du calendrier devrait l’emporter sur l’envie d’une clarification sur le nom de l’adversaire de John McCain. Vivement la fin de cette séquence !

L’affaire Charles Chatman ou l’importance de l’ADN

mars 25, 2008

usaadn.jpg

Charles Chatman (48 ans) et son avocat constituaient la première partie de la réponse à la question de jeudi. Charles Chatman a passé 27 longues années en prison. Il a croupi en cellule pour un viol qu’il a clamé ne jamais avoir commis et que la science a pu démontrer en abondant dans le sens du condamné, ce grâce à l’analyse de son ADN. Il a été officiellement disculpé le 27 février 2008.

Ainsi, il est le quinzième prisonnier à avoir été innocenté à la suite de tests de ce genre depuis 2001. Il doit également en partie sa disculpation au juge John Creuzo (en photo, de dos dans les bras de Chatman). Ce dernier a décidé de sa libération le 3 janvier, sur la base des tests ADN. Il est intéressant de voir le rôle tendant vers la prépondérance que jouent ces tests dans le rendu de justice, autant en terme de premier jugement que dans celui de sa révision.

Un nouveau castrisme ?

février 20, 2008

raulcastro.jpg

Au pays de Buena Vista Social Club, Fidel Castro s’en va mais le castrisme devrait persister, au moins dans un premier temps. Le communisme a eu beaucoup de ratés en application, ce au travers des différents exemples historiques et Cuba ne semble pas faire exception. Castro s’en va, avec une santé chancelante et beaucoup de casseroles : une économie passée de l’état de « balbutiant » à un état moyen (comprenez en développement et en libéralisation graduellement lente), une démocratie inexistante, des violations courantes des droits de l’homme et une pauvreté persistante (1).

Son frère, Raul Castro, n’a pas encore troqué son uniforme contre le même training de son aîné. Mais il est confirmé dans la transmission fraternelle du pouvoir. Il annonce des réformes économiques. Le pays en a bien besoin. Au demeurant, il n’a effectué aucune annonce du point de vue de changements en matière de droits humains. Les prisonniers politiques et les arrestations arbitraires se comptent par centaines. La mauvaise expérience communiste n’a que trop durée.

Prions que Raul soit plus éclairé que son frère et qu’il ouvre enfin aux Cubains les portes de la Révolution, celle jamais entamée en 49 ans de castrisme et qui serait de trois ordres : politique, économique et sociale. A défaut, le commentaire suivant d’un internaute sur ce blog anticastriste serait alors l’annonce d’une triste prophétie : « Much ado about nothing. What does this change? Nothing. Cubans are still oppressed, the island is still a hell hole and the man in command still bears the last name (c)astro. All this means nothing. » Traduction : « Beaucoup d’agitation à ce sujet pour rien. Que produit ce changement ? Rien. Des Cubains sont encore opprimés, l’île est toujours un trou d’enfer et l’homme aux commandes a encore pour nom de famille Castro. Tout ceci ne signifie rien. »

Vers le bipartisme italien ?

février 13, 2008

berlu0208.jpg

Le vent a soufflé dans le sens des élections législatives anticipées en Italie. Incapable de trouver un terrain d’entente entre les différents protagonistes, le président Giorgio Napolitano a dû se résigner à convoquer les électeurs pour le mois d’avril. Cela contrecarre-t-il son plan de voir l’Italie enfin se tourner vers le bipartisme ? Silvio Berlusconi et Walter Veltroni parient, via ces élections, sur l’émergence de deux grands partis, cela au détriment des petits. Ils espèrent également que cette nouvelle séquence dans la vie politique italienne favorisera la constitution d’une large coalition post-électorale pouvant (éventuellement) s’entendre sur la détermination d’une nouvelle loi électorale. Basta les coalitions avec des groupes de moindres tailles ? Seul le scrutin des 13 et 14 avril nous le dira. Cela étant, à court terme l’Italie ne peut faire l’économie d’une réforme de son scrutin, celle-là me semblant nécessaire.

Un sms révélateur

février 7, 2008

smssako.jpg

Drôle d’information sur un sms dont la fiabilité me semble difficile à remettre en doute venant de mon hebdo du jeudi et dont j’apprenais l’existence (via le camarade R.) ce mercredi soir ! On peut faire confiance à ce périodique sur l’application du principe de moult recoupages de l’information avant sa diffusion. Honnêtement, je me demande si la source à cette info ne serait pas simplement . !

Question d’ordre journalistique : pourquoi cette information sort-elle via le site internet du Nouvel Obs ? Une triple explication s’impose :

(1°) A force de jouer à tous crins la carte people, on risque gros, au point de voir sous la loupe médiatique certains pans de sa vie privée, voire certains pans de sa complexité psychologique !

(2°) Son style est à rebours de l’habitation de la fonction présidentielle. A force de casser les codes formels, il invite à la définition d’une nouvelle manière de considérer la relation presse-Elysée. Cela allant dans les deux sens. Certains médias peuvent se montrer condescendant à l’égard de l’action présidentielle, d’autres adoptent une attitude différente, tel Libé, mais toujours dans le respect de la fonction présidentielle.

(3°) N’est ce pas également et je ne peux m’empêcher d’y penser, une tentative de rééquilibrage dans le rapport de force dominant-dominé qu’avait imposé Nicolas Sarkozy entre lui et la presse; que j’avais d’ailleurs trouvé éclatante et particulièrement choquante lors de sa conférence de presse. Le seul à avoir fait montre d’une question de fond doublée d’un sens critique, certes, est l’excellent Laurent Joffrin (directeur de la publication de Libé). Il était dommage de voir un président excessivement incisif à l’égard d’un journaliste, ce sans le soutien et l’application du droit de suite par ses pairs. Droit de suite qu’il a dû appliquer seul le lendemain de cet étrange de « lynchage », par le biais d’un site du groupe de presse qu’il dirige. Cela étant dit, ironie du sort pour Sarko, Joffrin était le boss du Nouvel Obs jusqu’en 2006.

P.-S. : Je vous annonce déjà chère lectrice et cher lecteur, dans les deux semaines qui viennent (mas je ne vous dit pas quand), un message en deux parties qui aura pour intitulé « Critique du sarkozisme ».